Activités

LRPC-im-activites

La programmation du laboratoire sur les publics de la culture se déploiera sur trois plans et concernera tant les chercheurs, leurs collaborateurs que les étudiants aux trois cycles, mais surtout les étudiants aux études avancées travaillant sur des sujets liés aux publics de la culture dans les programmes de maîtrise et de doctorat disponibles à l’UQTR (lettres, communication, éducation, philosophie, loisir, culture et tourisme, etc.). Le laboratoire visera à cimenter les liens entre les chercheurs du laboratoire et leurs collaborateurs par le biais d’une série de conférences et par le truchement de codirections de mémoires et de thèses, à faire participer les étudiants de tous les cycles aux échanges et à leur offrir des formations sur des outils de recherche destinés à les inciter à poursuivre des études aux 2e et 3e cycles. Une véritable unité de recherche sera ainsi constituée grâce à l’organisation de rencontres scientifiques et à la mise en œuvre de publications et communications communes. Pour plus de souplesse, des responsables d’axes seront désignés annuellement et s’assureront, pendant leur mandat, de l’exploitation de leur volet au sein du laboratoire. Enfin, l’équipe partagera son expertise avec la communauté universitaire et régionale grâce à des tables rondes et des activités de vulgarisation scientifique. Au cours des années à venir, tous les chercheurs du laboratoire présenteront une conférence portant sur la partie de leurs recherches la plus liée aux publics de la culture. Les étudiants qu’ils dirigent seront invités à faire de même. Nous lancerons également des invitations aux postdoctorants et à des chercheurs d’ailleurs qui travaillent sur le sujet. Nous verrons à inclure des acteurs du milieu dans les tables rondes et les activités spéciales organisées par le laboratoire. Les trois années seront structurées de la même manière : série de conférences (chercheurs, invités, étudiants) ; tables rondes ; interventions dans les séminaires de maîtrise et de doctorat dispensés par des chercheurs ; formation à la recherche, production de matériel pour de la formation à distance, partage de ressources avec des collègues étrangers, etc. La première année, s’ajoutera à ces activités régulières une séance organisée par le laboratoire à l’ACFAS ; la seconde année se terminera sur une journée d’études intitulée Le récepteur au cœur des pratiques culturelles, modes d’emploi qui donnera lieu à une publication dans la revue Recherches inductives ; la troisième année, l’équipe brossera un bilan du travail effectué, proposera une grande conférence publiée dans la collection « Confluences » de Tangence éditeur et préfacé par l’un des membres du laboratoire. Au cours des premières années de son existence, l’équipe du laboratoire cherchera à établir des partenariats avec d’autres unités de recherche à l’interne tout autant qu’à l’international pour mener à bien des projets spécifiques. Le cycle prendra fin sur un atelier de travail des membres réguliers et associés autour des orientations d’une éventuelle demande de financement à présenter au CRSH.