Événements

  • ven
    08
    Avr
    2016
    10 hLocal 2080 Ringuet | UQTR

    La professeure Suzanne Foisy animera un séminaire sur le plus récent ouvrage du philosophe Jean-Marie Schaeffer le vendredi 8 avril 2016 de 10 h à 11 h 30, à la salle 2080 Ringuet de l'UQTR.

  • jeu
    09
    Juin
    2016
    ven
    10
    Juin
    2016
    9 hUQAM

    La question des publics de la culture appelle à prendre en compte leur importance dans la consolidation d’un espace public (Habermas, 1962) dynamique, susceptible d’accueillir débats et diversité de points de vue, mais aussi à mesurer à l’effet de pratiques culturelles ciblées au sein de communautés de tailles variées.

    Les efforts déployés pour que les productions culturelles rejoignent des publics s’avèrent à présent considérables. D’ailleurs, les institutions culturelles comme les musées sont désormais évaluées en fonction de leur capacité à attirer des publics de plus en plus nombreux. La diversité de l’offre en culture, en loisir et en divertissement place différents établissements en concurrence afin d’attirer les non-publics (Jacobi et Luckerhoff, 2010). Les pratiques culturelles, de la lecture à la sortie au théâtre ou au musée, subissent aussi des mutations profondes sur les plans social, esthétique et technologique. Des facteurs propres à certains arts ou régions, tels les changements apportés aux politiques gouvernementales, les nouvelles technologies, le vieillissement de la population et la désindustrialisation participent à l’accélération de ces mutations.

    Dans un contexte où les productions culturelles sont de plus en plus considérées comme des outils de développement économique (économie créative et culturelle), la pression de trouver des publics, locaux et touristiques, devient encore plus forte. Le colloque envisagé permettra de réfléchir aux esthétiques qui leur sont destinées et aux technologies qui façonnent leur expérience, aux stratégies mises en œuvre pour communiquer avec eux, à l’éducation nécessaire pour que le non-initié ait accès à des formes de culture et d’art plus sophistiquées, et aux lieux et aux pratiques qui cherchent à attirer et à fidéliser leurs usagers. Trois axes seront priorisés : 1) Esthétique; 2) Communication et éducation; 3) Théories et méthodes.

    Cliquez ici pour consulter le programme.

  • lun
    27
    Juin
    2016
    10 hLocal 3002 Ringuet | UQTR

    Qu'elle soit conduite sur papier ou avec un logiciel, l'analyse thématique permet d'identifier « ce dont parlent les acteurs ». Une telle démarche est prudente et rigoureuse, mais se révèle frileuse, voire inintéressante. En recherche qualitative, le chercheur va plus loin : il élabore des interprétations à la fois ancrées, productives et risquées. Celles-ci sont adossées à des catégories d'analyse singulières : elles ne classent pas, mais conceptualisent. Les manuels de méthode n'expliquent cependant pas comment les construire ; les praticiens acquièrent ce savoir-faire par la pratique. En fait, des astuces simples permettent d'assister cette construction, aussi cruciale que délicate. Dans cette conférence, Christophe Lejeune partage les ficelles qu'il a développées à travers sa pratique de formateur et de praticien de la recherche qualitative. Fonctionnant sur papier comme sur ordinateur, ces ficelles s'avèrent utiles au débutant comme au praticien expérimenté.

    Christophe Lejeune enseigne les méthodes qualitatives à l'Université de Liège. Ses recherches empiriques portent sur des collectifs de bénévoles concevant, réparant ou restaurant des dispositifs techniques complexes : le mouvement pour les logiciels libres, les Repair Cafés et les associations de restauration de trains à vapeur. Il est l'auteur du « Manuel d'analyse qualitative. Analyser sans compter ni classer » (De Boeck, 2014) ainsi que du logiciel libre d'analyse qualitative et collaborative Cassandre.

  • ven
    07
    Oct
    2016
    10 hLocal 3002 Ringuet | UQTR

    L’un des principaux piliers de la société depuis de nombreuses années, le système éducatif cubain est largement reconnu pour sa qualité et les bons résultats obtenus. En dépit des difficultés économiques auxquelles le pays a fait face depuis plus d’un demi-siècle, la priorité gouvernementale a toujours été accordée à l’éducation de concert avec les soins de santé. Le modèle d’une société instruite que Cuba a tenté d’atteindre fait écho à la maxime de José Martí (homme politique, philosophe, penseur, journaliste et poète cubain, 1853-1895) selon laquelle il n’y a pas d’égalité possible sans l’égalité de la culture.

    Dans cette conférence, il sera question des fondements politiques, pédagogiques et sociologiques du système éducatif cubain, de ses réalisations au cours des 55 dernières années; des principes qui sous-tendent la politique éducative du gouvernement, ainsi que des changements qui sont actuellement en cours avec la participation des administrateurs, des directeurs, des enseignants, des étudiants et d’autres acteurs sociaux, afin d’améliorer continuellement ses résultats.

    Vilma Paez est professeure à l'Universidad de Holguin (Cuba). Elle a reçu de nombreux prix d’excellence en enseignement à l’Université d’Holguín. En charge du Centre d’études canadiennes au sein de cette université, elle est membre du réseau cubain d’études canadiennes. Elle organise un séminaire international sur les études canadiennes à chaque année, et de façon bisannuelle, la Conférence scientifique internationale sur les langues étrangères, communication et culture (WEFLA) (www.wefla.org).

  • mar
    11
    Oct
    2016
    10 h 30Local 4061 Ringuet | UQTR

    La production et la réception des produits culturels répondent à une série de déterminants sociaux et individuels. De plus, bien qu’organisées de façon fort différentes, elles sont liées par de nombreux effets de rétroaction et elles ne sont pas isolées du reste du monde. D’une part, l’économie des industries culturelles cherche de nouveau à allier la singularité des créateurs culturels avec les nouvelles caractéristiques de l’offre des produits. D’autre part, les changements démographiques et technologiques, la stagnation de la culture classique et le développement de la culture redéfinissent la demande pour les produits. Dans notre société, les liens du passé entre l’offre et la demande pourront-ils se maintenir ?

    Conférenciers invités : Claude Martin, professeur honoraire au Département de communication de l’Université de Montréal et professeur associé au Département de lettres et communication sociale de l’UQTR. | Jacques Lemieux, professeur associé au Département d’information et de communication à l’Université Laval et au Département de lettres et communication sociale de l’UQTR.

  • jeu
    10
    Nov
    2016
    10 hLocal 2083 Ringuet | UQTR

    Il en est de certaines questions comme de certaines œuvres, elles vous accompagnent votre vie durant, vous habitent et vous hantent malgré tous vos efforts pour en détacher des fragments de lumière, des éclats de réponse, puis se renouvellent et vous relancent quand vous aviez cru les épuiser. La question de la culture dans la classe et à l’école est l’une d’entre elles, celle qui se tient là, auprès de moi, à travers mes pérégrinations d’enseignant et de chercheur depuis trente ans. C’est à reconstituer les étapes de ce parcours que je convie l’auditeur, pour entrevoir le sens d’une démarche, la cohérence et l’unité de ses chemins, ses élans et ses langueurs. À l’aide de travaux théoriques et empiriques, je montrerai que la question de la culture à l’école est l’une des plus difficiles qui soient, car elle touche à l’expérience de chacun et à la vie commune des hommes.

    Denis Simard est professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation et chercheur régulier au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante. Ses intérêts de recherche portent sur les théories éducatives, la pédagogie et son histoire, l’approche culturelle de l’enseignement et l’herméneutique en éducation. Ses travaux récents s’intéressent à la pensée éducative au Québec entre 1950 et 1990 et aux médiations culturelles entre l’école et les institutions culturelles.