Événements

  • mar
    16
    Jan
    2018
    17 hMusée Boréalis | Trois-Rivières

    Depuis la fin du XXe siècle, le domaine culturel a connu une série de mutations auxquelles doivent s’adapter ses usagers et ses artisans : change­ments technologiques, industrialisation, mondialisation. Sommes-nous si différents, sur le plan culturel, de ceux qui nous précèdent et de ceux qui nous suivront ? Si oui, en quoi et pourquoi ?

    C’est à ces questions que tente de répondre le présent ouvrage. Il vise à mieux cerner et comprendre la relation entre la culture, les prati­ques culturelles et les générations. Pour ce faire, il réunit des textes de chercheurs québécois et français qui présentent les résultats de recherches portant sur différents objets culturels en lien avec divers groupes d’âge.

    Cet ouvrage s’adresse aux chercheurs et aux étudiants, aux ges­tionnaires et professionnels des secteurs public et parapublic, aux acteurs du milieu culturel ainsi qu’à toute personne intéressée par la question de l’évolution des générations et des pratiques culturelles.

  • mar
    30
    Jan
    2018
    10 hLocal 4061 Ringuet | UQTR

    Au 21e siècle, les arts et la culture jouent un rôle grandissant dans le développement socioéconomique d’un territoire. Les études d’impact économique en témoignent, d’autant plus que ce secteur représente une part de plus en plus importante en termes d’emplois et de richesse dans le tissu économique régional. Mais cette approche comptable néglige des effets beaucoup plus fondamentaux – bien que souvent mésestimés – sur le bien-être et la croissance économique d’une communauté. Dans cette présentation, nous discuterons plus largement des impacts du secteur des arts et de la culture sur la qualité de vie et la cohésion sociale, sur l’attractivité de la main-d’œuvre et des investissements, sur l’innovation, la créativité et la productivité des entreprises, ainsi que sur le renforcement des pôles de compétitivité, y compris les pôles d’industries créatives. Cette démonstration sera notamment appuyée par une étude sur le poids économique des arts et de la culture en Mauricie.

    Frédéric Laurin est professeur d’économie à l’École de gestion de l’Université du Québec à Trois-Rivières et chercheur à l’Institut de recherche sur les PME (INRPME). Ses recherches portent en particulier sur le développement économique régional et le commerce international. À titre de chercheur, il a réalisé des analyses économiques pour des institutions telles que la Caisse de dépôts et de placements, Investissement-Québec et Développement économique Canada (DEC). Il collabore depuis plusieurs années avec Culture Mauricie et Culture Centre-du-Québec sur des projets liés à la mesure de l’impact économique des arts et de la culture et sur la commercialisation.

  • mar
    13
    Fév
    2018
    13 h 30Local 4061 Ringuet | UQTR

    La présentation portera sur la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ainsi que sur les raisons qui ont motivé le Canada et le Québec a en faire la promotion sur la scène internationale et à être les premiers à la ratifier peu après son adoption en 2005. La question de la mise en œuvre de la Convention à l'ère numérique sera également abordée, notamment du point de vue des industries culturelles confrontées aux comportements changeants des consommateurs et à la recherche de nouveaux modèles d'affaires.

    Charles Vallerand est consultant avec bientôt 30 ans d'expérience en radiodiffusion publique, en développement de politiques culturelles et en coopération internationale. Il est éditeur de la lettre d'information hebdomadaire "Cultures à l'ère numérique" sur les enjeux émergents et les bonnes pratiques pour les secteurs des arts et les industries culturelles au Canada et au niveau international. Il est régulièrement invité à l'étranger comme expert UNESCO de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. De 2010 à 2016, il a été le directeur général de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle et secrétaire général de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle. Précédemment, il était le directeur des communications à Droits et Démocratie, un organisme fédéral de promotion des droits de la personne et du développement démocratique. Après avoir occupé plusieurs postes de direction à TV5 Québec Canada de 1997 à 2002, il a travaillé à CBC/Radio-Canada où il a notamment été le répondant des services français en affaires réglementaires puis directeur de cabinet du vice-président de la Télévision française. Il a commencé sa carrière au ministère du Patrimoine canadien au secteur de la radiodiffusion, et ensuite aux relations internationales où il a été directeur de la Francophonie internationale, avant d'être posté à l'Ambassade du Canada à Paris comme attaché culturel. Il est détenteur d'une maîtrise en communications de l'Université du Québec à Montréal et d'une maîtrise en administration des affaires de la European University à Bruxelles.

  • mar
    27
    Fév
    2018
    13 hLocal 4061 Ringuet | UQTR

    L’industrie de l’humour de scène francophone au Québec remporte la palme devant les autres industries culturelles québécoises en ce qui concerne la popularité et la diffusion de ses œuvres. Dans cette conférence est dressé le portrait de l’industrie du spectacle d’humour contemporaine du Québec en présentant son fonctionnement, les relations de pouvoir et les stratégies à l’oeuvre, les discours et les acteurs. Elle lève le voile sur les questions telles que : quelle est la place de l’humour au sein des industries culturelles ? Quelles sont les dynamiques à l’œuvre entre les acteurs du milieu ? Comment cette industrie est-elle construite discursivement par ses protagonistes ? Le rôle de la territorialité dans le développement de l’industrie du spectacle d’humour au Québec est aussi abordé.

    Christelle Paré, Ph.D. en Études urbaines et M.A. en Communication publique, est chercheuse postdoctorale au Centre for Comedy Studies Research à Brunel University London. Elle est membre de l’Observatoire de l’humour – Réseau in(ter)disciplinaire sur le rire et l’humour, de l’International Society for Humor Studies et du Sprott Centre for Social Enterprises / Centre Sprott pour les entreprises sociales (SCSE/CSES) (Groupe de recherche sur l’industrie de l’humour (GRIH)).

  • jeu
    01
    Mar
    2018
    17 hsalle J.-Anthonio Thompson | Trois-Rivières

    Crédit : Rose Thibault

    La table ronde intitulée « Le public du documentaire : à réinventer ? » se tiendra en marge du spectacle J'aime Hydro de la compagnie Porte-Parole. L'événement aura lieu le 1er mars 2018 à 17h dans le foyer Gilles-Beaudoin de la salle J.-Anthonio Thompson à Trois-Rivières.

    Animatrice : Mélanie Grenier, doctorante et chargée de cours

    Invités : Philippe Cyr, metteur en scène de J'aime Hydro | Michèle Rouleau, coordonnatrice du volet « théâtre » du Théâtre Hector-Charland et directrice du festival Fous de théâtre | Pauline Voisard, réalisatrice et productrice

  • mar
    20
    Mar
    2018
    10 h 30Local 4061 Ringuet | UQTR

    Le jeu vidéo est cette activité marginale connue pour être pratiquée principalement par de jeunes garçons amants des technologies (Geek ou NERDS) durant les décennies 80 et 90. Il a cependant connu un changement majeur de l’opinion publique à son endroit ces dernières années. En effet, selon le dernier sondage annuel de l’Entertainment Software Association (ESA) du Canada, ce loisir est pratiqué à 49% par des femmes et 51% par des hommes et la moyenne d’âge des joueurs serait de 33 ans. Fait étonnant, une activité sportive et professionnelle est née d’une professionnalisation accrue de ce loisir, portant le nom de « eSport ». Encore plus étonnant, le Comité international olympique considère même faire entrer l’eSport comme nouvelle discipline aux jeux olympiques de 2024.

    Dans cette conférence, les faits marquants de l’industrie du jeux vidéo seront présentés, de même qu’un bref coup d’oeil vers le futur afin de voir les grandes innovations qui l’attendent.

    Depuis 2005, Mathieu Perreault est principalement présent dans le domaine de la gestion de projets et voue une réelle passion aux technologies. Sa carrière professionnelle a débuté en tant qu’agent de développement pour la Société canadienne du cancer, où il aura été à la tête de différents événements de collecte de fonds. Il a ensuite été recruté par Ubisoft Montréal en 2008 où il a collaboré à plusieurs projets : le programme de stage du Studio montréalais, les Concours Ubisoft et les efforts de recrutement des franchises Assassin’s Creed, FarCry, Rainbow six, etc. En 2010, il est recruté comme chargé de cours par le programme en Création et Nouveaux Médias de l’UQAT (« Production et gestion de projets 3D »). Aujourd’hui, il s’est joint à l’équipe du programme en Création et Nouveaux Médias de l’UQAT pour former les ressources de l’industrie de demain tout en poursuivant une maîtrise à l’UQTR sur les publics de l’eSport.

  • jeu
    22
    Mar
    2018
    10 h 30

    Crédit : Carmen Jolin

    Le jeudi 22 mars à 10 h 30, un invité de marque, le comédien suisse Robert Bouvier, viendra donner un extrait de la pièce Le poisson combattant de l’auteur dramatique contemporain Fabrice Melquiot, dans le cadre du cours Langage dramatique du professeur Hervé Guay. Le directeur du Théâtre du Passage de Neuchâtel (http://www.compagniedupassage.ch/) parlera aussi aux étudiants de son parcours d’acteur. Robert Bouvier sera accompagné de Carmen Jolin, la directrice artistique du Théâtre Prospero, où il a présenté, du 6 au 17 mars 2018, le texte de Melquiot (http://theatreprospero.com/spectacle/le-poisson-combattant/).

  • mar
    17
    Avr
    2018
    10 h 30Local 4061 Ringuet | UQTR

    En février 2016, l’association de lutte contre la maltraitance animale L214 - alors quasi inconnue - publie sur Internet une courte vidéo de 4 minutes tournée en caméra cachée dans un petit abattoir du sud de la France. On y voit des employés maltraiter les animaux. Les installations ne sont manifestement pas adaptées. L’impact médiatique de cette vidéo est sans précédent. La question des abattoirs (et mécaniquement celle de l’élevage) s’installe dans le débat public autour des trois grandes problématiques qu’elle recoupe : les conditions de vie des animaux, les conditions de travail des employés et l’industrialisation de l’élevage et de l’abattage.

    Cette intervention revient sur la relation ancestrale que le processus d’industrialisation entretient avec l’exploitation animale, sur la place centrale de la question alimentaire dans la construction d’une identité culturelle et sur l’importance de la vidéo comme moyen de fabriquer de la preuve dans un contexte d’« alignement des cadres » (succession de crises et modifications des comportements des citoyens).

    Michaël Bourgatte est enseignant-chercheur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste du cinéma et de la vidéo, on lui doit plusieurs publications sur la circulation et la réception des images (Le cinéma Utopia à Avignon. Une histoire de militantisme culturel et politique, Ed. Warm ; « Le cinéma d’Art et Essai : un label de la qualité institutionnelle mis à l’épreuve de l’expertise ordinaire » In Communication & Langages, n°174 ; « Être à la fois public et non-public. Quand le public des salles de cinéma Art et Essai est non-public des films Art et Essai » In Loisir et Société, vol. 32-1), notamment en contexte numérique (Le cinéma à l’heure du numérique. Pratiques et publics ; Innovations pédagogiques et usages pédagogiques de la vidéo. No 46 de la revue Eduquer|Former ; « Enjeux socioculturels de la technique au cinéma » In Communication & Langages, n°181). Il engage aujourd’hui un travail dans le champ du militantisme vidéographique en ligne.

  • lun
    07
    Mai
    2018
    mar
    08
    Mai
    2018
    8 h 30UQAC

    Depuis sa création, l’Association pour la recherche qualitative (ARQ) participe à la compréhension des phénomènes sociaux en mobilisant une réflexion autour de considérations théoriques et épistémologiques relatives aux méthodes qualitatives. Les colloques qu’elle a organisés ont affiché une sensibilité aux contextes, aux conjonctures et, surtout, aux acteurs sociaux auprès desquels les chercheurs qualitatifs exercent leur métier. Pour cet événement, l’ARQ veut poursuivre une réflexion portant sur les investigations auprès de populations en contexte de vulnérabilité économique et sociale, soit un axe privilégié du Centre d’étude et de recherche sur les transitions et les apprentissages (CERTA), organisme auquel elle s’associe. Le spectre des populations, familles ou encore organisations qualifiées de vulnérables est large : il peut s’agir de personnes en situation de précarité, de jeunes sans emploi, d’individus ou de familles issus de groupes ethniques minoritaires, de personnes en situation de handicap, de minorités sexuelles, d’aînés, etc. La notion de vulnérabilité est vue comme étant relative, cumulative et multidimensionnelle (Armoogum et al., 2012; De Luca Barrusse, 2012). Faisant écho aux notions de précarité, d’exclusion et de désaffiliation (Castel, 1995), elle devient le produit de processus qui s’inscrivent dans le temps et qui sont truffés de transitions et de bifurcations biographiques (Bourdon, Cournoyer et Charbonneau, 2012; Châtel et Soulet, 2003).

    Ce colloque vise ainsi à réfléchir aux ajustements mutuels et influences réciproques entre chercheurs qualitatifs et populations en contexte de vulnérabilité économique et sociale, afin d’examiner comment ils s’influencent mutuellement. Comme axes de réflexion, nous proposons aux contributeurs la définition de l’objet de préoccupation mutuelle; la négociation des positions et des identités; la disponibilité au terrain d’enquête; et, enfin, les considérations éthiques et les conséquences sociopolitiques.

    Cliquez ici pour consulter le programme.

  • lun
    11
    Juin
    2018
    mer
    13
    Juin
    2018
    Musée POP | Trois-Rivières

    La première édition de l’École d’été en culture et numérique, organisée conjointement par l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université Rennes-2 et l’Université de Victoria, aura lieu les 11, 12 et 13 juin 2018 au Musée POP, au centre-ville de Trois-Rivières, sous le thème « Culture et numérique : enjeux et défis ».

    Cliquez ici pour consulter le programme.

  • jeu
    08
    Nov
    2018
    10 h 30Local 2082 Ringuet | UQTR

    Crédit: Caroline Laberge

    Le jeudi 8 novembre, à 10h30, l'auteur et metteur en scène Olivier Choinière viendra parler de son spectacle Manifeste de la jeune fille dans le cadre du cours Langage dramatique du professeur Hervé Guay.

    Pour en savoir plus sur le travail de cet artiste, ainsi que pour consulter les dates de représentations du spectacle actuellement en tournée à travers le Québec, visitez le site de sa compagnie L'Activité.