Événements

  • mar
    29
    Jan
    2019
    18 h 15Salle Léo-Paul-Therrien | Maison des arts de Drummondville

    Les spectacles SLĀV et Kanata de Robert Lepage ont entraîné un vif débat autour de la question de la représentation des minorités culturelles sur les scènes montréalaises et leur inclusion dans des spectacles et quant à leur possibilité de faire le récit de leurs propres histoires. Ceux et celles qui militent pour une représentation accrue des Noirs, des Premières nations et des communautés culturelles dans les arts vivants ainsi que contre l’appropriation culturelle ont affronté les tenants de la liberté artistique absolue, tandis que d’autres participants au débat ont tenté de proposer des pistes de solution ou d’esquisser des compromis possibles. Robert Lepage lui-même vient de faire le point sur cette crise. La question de la diversité culturelle en région et celles de la composition des publics des arts de la scène ainsi que celle de la programmation des œuvres des minorités sur les scènes québécoises ont été largement tenues à l’écart de ce débat. C’est pourquoi nous voulons profiter de la présentation d’une nouvelle version SLĀV à la Maison des arts de Drummondville pour penser à nouveaux frais le problème de la représentation des minorités culturelles sur les scènes québécoises, particulièrement en région. Quelle place est faite aux minorités culturelles dans les salles de spectacle régionales ? Y a-t-il une différence entre ce qui se fait en région et à Montréal, une attitude différente à adopter à cet égard ? Le public n’appartenant pas à la majorité blanche ou francophone fréquente-il ces salles ? De quoi faut-il tenir compte dans cette représentation et, si tant est qu’il faille s’en occuper, que faudrait-il changer pour que la situation s’améliore ? Tels sont quelques-unes des questions que nous aborderons au cours de cette table ronde ouverte au grand public.

    Animateur :
    Hervé Guay

    Invités :
    -Amada Aldama, représentante des communautés culturelles dans la région
    -Nicole O'Bomsawin, agente culturelle de la nation wabanaki
    -Marie-Pierre Simoneau, directrice de la Maison des arts de Drummondville
    -Dominique Boucher, présidente du CA du Musée des religions du monde de Nicolet
    -Fabiano Kwizera, acteur

    Cette table ronde est organisée par le LRPC en collaboration avec la Maison des Arts de Drummondville et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises.

    Prière de réserver sa place en appelant au 819-477-5412.

  • lun
    27
    Mai
    2019
    mer
    29
    Mai
    2019
    9 hCarrefour des arts et des sciences | Université de Montréal

    Si les réflexions sur la représentation théâtrale ont principalement porté, jusqu’à une époque récente, sur la coprésence vivante (et humaine) de l’acteur et du spectateur, dans un même lieu au même moment, la prise en compte croissante du rôle qu’y tiennent les technologies, l’environnement et d’innombrables facteurs de différentes natures, explique l’intérêt grandissant des praticiens et des

    théoriciens du domaine pour toutes ces « autres coprésences » qui permettent la représentation scénique et ses effets. Les « tournants » qu’ont connus les études théâtrales au cours des vingt dernières années – performatif, sonore, non-humain, intermédial, affectif, postlinguistique, écocritique, etc. – témoignent bien de cette évolution.

    Le colloque international Théâtre et Nouveaux matérialismes propose d’examiner la réalité de la scène vivante, actuelle et passée, selon des perspectives issues de la pensée néomatérialiste, des divers courants qui l’animent et des « tournants », évoqués ci-dessus, qui en balisent le développement.

    Consulter l'appel à communication.

  • ven
    07
    Juin
    2019
    9 hUniversité du Québec à Trois-Rivières

    Le groupe de recherche « Les écrivains en procès » (Conseil de recherche en sciences humaines) organise un colloque étudiant autour de la question de la liberté d'expression.

    Consulter l'appel à communications.