Recensement des initiatives culturelles pour contourner l’isolement causé par la COVID-19

Depuis le début du confinement social dû à la pandémie de la COVID-19, le 13 mars 2020, les employés.es du CRILCQ maintiennent leur mandat de veille des activités culturelles et de recherche en études québécoises. Ils et elles ont constaté que plusieurs institutions, associations et artistes ont très tôt développé diverses stratégies d’adap­tation et mis en œuvre d’ingénieuses initiatives permettant l’accès aux arts et à la culture sans avoir à se déplacer.

Nous proposons de recenser ces initiatives de manière organisée et de les mettre à la disposition de tous.tes. Le paysage culturel et le geste créateur au Québec sont en train de changer ; il nous semble important d’en faire état afin de poursuivre l’une des missions phares du CRILCQ, qui est d’être « l’interface entre ce qui se crée et ce qu’on en dit ».

Ce projet s’inspire de celui mené par Martine-Emmanuelle Lapointe (CRILCQ, UdeM), Anthony Glinoer (U. de Sherbrooke) et Maude Bonenfant (UQAM, Homo ludens) en 2012 et 2013 pendant le Printemps érable et qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage Le Printemps québécois. Une anthologie. Pour le présent projet de recensement, nous comptons d’ail­leurs sur la précieuse collaboration du Laboratoire de recherche en médias socio­nu­mé­riques et ludification dirigé par Maude Bonenfant, lequel nous permet de procéder au trai­te­ment de données massives. Notre objectif est de permettre aux chercheurs et chercheuses de trouver rassemblées en un seul endroit le plus grand nombre possible des stratégies d’adaptation développées dans le domaine de la littérature, de la culture et des études québécoises depuis le 13 mars 2020. Ainsi, nous espérons que, lorsque sera venu le temps de réfléchir rétrospectivement à ce que les acteurs et actrices du milieu des arts et de la cul­ture ont dit, fait et écrit en cette période d’isolement, ce projet de recense­ment pourra servir de matière première.

Depuis le début du confinement, plusieurs de nos membres nous ont indiqué qu’ils avaient participé par vidéoconférence à des activités auxquelles ils devaient initia­le­ment prendre part de manière présentielle (colloques, ateliers, conférences dans des séminaires). Ces présentations sont rarement enregistrées, ce qui témoigne, à notre avis, de stratégies différentes de diffusion. Là où les arts et les lettres ont pour premier objectif d’être vues/entendues par le plus grand nombre et de créer de nouvelles façons de faire, les « études sur » essaient seulement d’avoir lieu, sans que la dimension de leur pérennité ou de leur créativité soit considérée ou favorisée.

Les initiatives québécoises dans les champs et disciplines suivants seront recensées, ainsi que les activités scientifiques et critiques.

  • Musées
  • Arts visuels    
  • Musique    
  • Théâtre  
  • Cirque    
  • Danse
  • Performance    
  • Humour
  • Télévision    
  • Radio    
  • Balados    
  • Bibliothèques    
  • Librairies    
  • Soutien à la communauté culturelle    
  • Couverture dans les médias
  • Création    
  • Poésie    
  • Livre illustré / BD    
  • Littérature jeunesse    
  • Cinéma / documentaire

Chercheur.e.s principaux :

Cochercheur.e.s :

Avec la collaboration de l’équipe de coordination du CRILCQ :

  • les coordonnatrices, Lise Bizzoni (UQAM) et Hélène Hotton (UdeM)
  • les adjoints.tes à la coordination Maurane Arcand (UQAM), Francis Desruisseaux (McGill), Félix Durand (UdeM), Sarah Gauthier (UdeM), Julie-Anne Godin-Laverdière (UQAM)
  • les adjointes de la Théâtrothèque Charlotte Moffet et Karolann St-Amand (UdeM)
  • les responsables des communications, Audrey-Ann Gascon (UdeM) et Caroline Villemure (UQAM)
  • la stagiaire postdoctorale Maria Rosa Lehmann (UQAM)
  • le responsable des infrastructures nu­mé­riques du CRILCQ, Olivier Lapointe